LIVRE D’OR

 

 

 

 

    J’ai rencontré Jean Rouch pour la première fois, en octobre 1984, à l’occasion d’une des premières représentations de ma pièce de théâtre « FOLIE ORDINAIRE D’UNE FILLE DE CHAM », pièce mise en scène par Daniel Mesguich et interprétée par Jenny Alpha, Sylvie Laporte et Catherine Rougelin, j’avais une petite trentaine à l’époque. A la fin de la représentation,  il y eut comme un ouragan qui me souleva de terre et qui réussit à me maintenir en l’air en suspension moi et mes dreadlocks pendant plusieurs minutes hors de la force de gravitation, j’ai eu du mal à contenir un tel souffle, une telle énergie, c’était Jean qui avec la puissance de sa fougue coutumière, dans la force de son enthousiasme spontané s’était précipité sur moi pour me dire  «Julius, il faut que je filme ta pièce !!! ». Jean avait eu un coup de cœur pour notre pièce. Jean Rouch était un homme qui ne fonctionnait qu’aux grands coups de cœur ! Un homme de cœur, un bon génie puissant, joyeux, angoissé et fébrile aussi, une force de la nature, un cinéaste révolutionnaire passionné qui ne réalisait et ne vibrait que pour ses telluriques coups de cœur ! « 

 

Julius-Amédée Laou

22 décembre 2016

 

  

 

RETOUR AU LIVRE D’OR